Menu

Histoire des Mossis, ethnie burkinabé

des Mossis des Mossis

Les Mossis se sont installés au cours de migrations anciennes ainsi que les Bobos, les Gourmantchés et d'autres groupes de langue mandé. Les pasteurs peuls vivent en symbiose économique avec les agriculteurs traditionnels.

Dans le Nord, les grands troupeaux des éleveurs touareg et peuls parcourent une steppe frappée par les sécheresses avant d'être convoyés vers le sud pour nourrir les pays méridionaux (Côte-d'Ivoire, Ghana) où la trypanosomiase (ou maladie du sommeil) représente un obstacle à l'élevage.

Des vestiges (pierres taillées, poteries, gravures) datant du Ier millénaire avant notre ère évoquent une civilisation néolithique encore à étudier. Les premiers agriculteurs ont imprimé leur marque dans les paysages en défrichant la forêt. Ils précédaient les ancêtres des Mossis actuels, qui peuplent la plus grande partie du pays. L'origine de ces cavaliers est mal connue. Les traditions disent qu'ils venaient de l'Est, du Sud, et même de l'Ouest.
Constitués en une aristocratie militaire, ils passèrent des accords avec les populations locales, restées propriétaires du sol, comme en témoignent les rapports traditionnels existant entre les «!chefs de terre!» et les chefs de canton, qui détiennent le pouvoir politique. On situe l'arrivée des Mossis entre le XIe et le XIVe siècle.

Issus d'un brassage ethnique entre les conquérants et les populations autochtones, mais formant un même ensemble culturel, les quatre royaumes mossis qui se sont progressivement constitués ne parvinrent jamais à l'unité politique.
Le plus important, le royaume du Yatenga, au nord, était en contact direct avec les empires soudanais contre lesquels il mena des expéditions (prise de Tombouctou en 1329). Il dut notamment se défendre des entreprises d'islamisation de l'empire Songhaï.
L'administration était très centralisée et permettait de mobiliser rapidement des forces de défense. La personne du roi, le mohro naba, était sacrée; il représentait la force vitale dont la puissance pouvait brûler le sol.

Au XIXe siècle, le pays doit de nouveau faire face aux tentatives des talibés, des Bambaras de Ségou, des Peuls du Macina.
En 1895, Samory Touré tente de se constituer un État dans la savane. Les Français, qui craignent d'être pris de vitesse par les Britanniques dans la région, profitent des craintes pour établir un protectorat sur le royaume mossi de Ouagadougou, en 1896.

De 1904 à 1919, ces nouveaux territoires de l'Empire colonial français sont rattachés à la colonie du Haut-Sénégal-Niger, intégrée à l'Afrique-Occidentale française. En 1916 se développent d'importants mouvements de résistance à la conscription. Les Mossis constituent l'essentiel des bataillons de «tirailleurs sénégalais» qui combattent aux côtés des troupes alliées durant la Première Guerre mondiale.

village-mossis

L'habitat Mossi :

Un village traditionnel Mossi est composé de concessions, suffisamment éloignées les unes des autres pour permettre à chaque famille de cultiver à proximité.
La concession est constituée de plusieurs cases d'environ 3,5m de diamètre, où vivent les membres d'une même famille.
La disposition des cases suit un plan précis, correspondant à l'ordre établi mais qui peut varier d'une région à l'autre.

Media

Ecoutez de la musique burkinabé
Plus dans cette catégorie : « Les peuples du Burkina Faso
Retour en haut

Association Peuples Solidaires de Caluire • BP 71 - 69642 Caluire Cedex • France • www.peuples-solidaires-caluire.org